Contribution to the characterization and classification of the Congo basin African plantains (Musa AAB) in the Democratic Republic of Congo



  • Authors : Adheka, J.G.

  • Document type : Thesis

  • Diploma : PhD Thesis

  • Year of publication : 2014

  • Publisher(s) : University of Kisangani

  • Place of publication : Kisangani, DRC

  • Pages : 119

  • Language(s) : English

  • Abstract : The aim of this work was the characterization and classification of the African plantain cultivars of the Congo basin in Democratic Republic of Congo by addressing the taxonomic handicap and the synonymy handicap to improve research on plantains from accessions established in the UNIKIS collections. These plantain accessions were collected during three missions: from January 2005 to May 2007 in Oriental Province in general; from February to October 2009, in-deep plantain collection missions in the seven territories of Tshopo district in Oriental Province; and finally from 2009 to 2012, expanded collection missions to other DR Congo provinces covered by the humid forest. So, collection missions were carried out in Oriental Province, Equateur, Maniema, North Kivu, South Kivu, northern Katanga, Kasai and Bandundu over a period of 7 years and thereby covering 264 villages. A total of 97 different cultivars were collected and established in two UNIKIS field collections. The first collection was established in 2005 and the second, later in 2012. Previously 55 cultivars established in the first collection were selected for the description of the African plantain subgroup on the basis of the INIBAP 'Descriptors for banana'. African plantains were found to be a separate subgroup, since 77 out of the 117 descriptors in the extended list were recorded as non-variable within all the selected accessions. Though most of the non-variable descriptors were only applicable in French plantains, it was demonstrated that all the three types (i.e. French, False Horn and Horn plantains) could have the same floral descriptor situations if the latter two types would have produced a complete inflorescence. With a complete inflorescence, the French plantain can be considered as the morphological prototype of all the African plantain cultivars. Considering all the collected cultivars, French plantains were the most numerous with 64 cultivars. They were followed by False Horn plantains (23 cultivars) and Horn plantains (10 cultivars). The bunch type was the first and main striking difference which allows separating quickly and easily plantain cultivars into three main types. Other striking differences within African plantain were the size of the pseudostem (with more giant, followed by medium-sized and small-sized plantains), the bunch orientation (which was generally pendulous or sub-horizontal, and rarely horizontal and erect). These three descriptors were considered as main descriptors. Other descriptors (pseudostem color, immature fruit peel color, fruit shape, fruit apex, fruit position, number of hands, fruit size, number of fingers per hand and flower relicts at the fruit apex) were also important since they allowed the differentiation of one cultivar from another within the main group of bunch type, pseudostem size or bunch orientation. They are considered as secondary descriptors. Rare descriptors were only able to differentiate one cultivar from all the others in the subgroup. Re-conciliation between previous Yangambi and recent UNIKIS collections allows establishing a basic list of 119 DR Congo plantain cultivars to be considered as a guide for all subsequent plantain taxonomical work in DR Congo. From these cultivars, 35 were found in both collections, 61 were found only in the UNIKIS collection and 23 only in the Yangambi collection. Among these cultivars lacking in UNIKIS, many were interesting dwarf/semi-dwarf plantains. So, the regions from where they were collected need to be revisited for their recollection and conservation in the field collection. The synonymy assessment for a large region is of great help in detecting any specific diversity in parts of the region. Cultivars with a lot of synonyms recorded could be considered as the most widespread and thus, the most agronomically important. This is the case of Libanga Likale, Litete, Libanga Lifombo and Ebge-O-Mabese I. Other cultivars are only confined to a small area in the same linguistic zone. Thus, these cultivars may have only one synonym or none at all. This is the case of Mongo in the Tanganyika district for example. In addition, names used by farmers in plantain taxonomy generally refer to a particular trait of cultivars. It can be for example, the colour of the pseudostem/finger in the case of Litete or Adili (= dark green). This custom often led to confusion between cultivars having similar traits. Thus, the name Asau/Losau given to Litete is also used for Adili in the same Kumu village. Specific names like Nganganga for Libanga Liboelabokoi are used by farmers in plantain taxonomy. The synonymy studies allow also a greater understanding of plantain diversity across DR Congo provinces. Provinces with more recorded synonyms such as Oriental Province, Equateur and Kindu can be considered as containing larger plantain diversity. For example, the cultivars Manimani (Tshopo district), Mangweyangweya (Bas Uele district), Maboto (Bas Uele and Haut Uele districts) and Masekpe (Bas Uele district) were only recorded in Oriental Province. Plantain diversity in DR Congo provinces was influenced by three factors: the size, the percentage of forest coverage and the ethnic composition of the province. The combined data from the two Yangambi and UNIKIS collections offer a platform for reflections on the pan-African scale of plantain diversity. The complete plantain diversity in Africa could be possible by conciliating characterization results of all Central and West Africa countries. At present, most of the African plantains are hosted in 4 collections: CARBAP at Nyombe (Cameroun) and IITA at Ibadan (Nigeria) for West African cultivars; UNIKIS and UCG (both in DR Congo) for Central Africa cultivars. CARBAP, UNIKIS and IITA collections host cultivars adapted to lowland while UCG collection hosts accessions that seem to be adapted to the higher altitudes. The challenge is to have an exhaustive comparison of all these accessions. The planting of all accessions in one location is not feasible due to financial constraints. Instead we propose that curators have a continued and intensive contact amongst themselves with regular visits and discussions to come to a progressive agreement on synonymy and uniqueness of accessions.

    [Le but de ce travail est la caractérisation et la classification de cultivars de plantain Africain du bassin du Congo en République Démocratique du Congo en abordant le problème de la taxonomie et celui de la synonymie pour améliorer la recherche sur le plantains à partir des accessions établies dans les collections de l'UNIKIS. Ces accessions de plantain ont été collectées au cours de trois missions : de Janvier 2005 à Mai 2007 dans la Province Orientale en général, de Février à Octobre 2009 des missions de collecte approfondies dans les sept territoires du district de la Tshopo en Province Orientale et finalement, de 2009 à 2012, des missions de collecte étendues dans les autres provinces de la RD Congo couvertes par la forêt humide. Ainsi, les missions de collecte ont été conduites dans la Province Orientale, l'Equateur, le Maniema, le Nord Kivu, le Sud Kivu, la partie Nord des provinces de Katanga, de deux Kasaï, et de Bandundu pendant une période de 7 ans couvrant 264 villages. Au total, 97 cultivars été collectés et établis dans deux collections à l'UNIKIS. La première collection a été établie en 2005 et la seconde en 2012. Parmi ces cultivars, 55 anciennement établis dans la première collection ont été sélectionnés pour la description du sous-groupe de plantains Africains en se basant sur le 'Descripteurs de bananiers' de l'INIBAP. Les plantains Africains ont été reconnus comme formant un sous-groupe à part entière, étant donné que 77 sur 177 descripteurs dans la liste élargie ont été reconnus non-variables chez toutes les accessions sélectionnées. Malgré que la majorité de descripteurs non-variables ont été applicables seulement chez les plantains type French, il a été démontré que tous les trois types de plantain (c'est-à-dire French, Faux Corne et Vrai Corne) pourraient avoir les mêmes situations au niveau de descripteurs floraux si les deux derniers types avaient une inflorescence complète. Avec une inflorescence complète, le plantain type French peut être considéré comme le prototype morphologique de tous les cultivars de plantain Africain. En considérant tous les cultivars collectés, les plantains type French ont été les plus nombreux avec 64 cultivars. Ils ont été suivis par les plantains type Faux Corne (23 cultivars) et les plantains type Vrai Corne (10 cultivars). Le type de régime a été la première et la plus principale différence qui permet de séparer rapidement et facilement les cultivars de bananier plantain en trois principaux types. D'autres différences frappantes au sein de plantains Africains ont été la taille de pseudotronc (avec plus de cultivars géants, suivis de cultivars moyens et petits), l'orientation de régime (qui a été généralement pendant ou subhorizontal et rarement horizontal ou érigé). Ces trois descripteurs ont été considérés comme les principaux dans la caractérisation de bananiers plantains. D'autres descripteurs (Couleur du pseudotronc, couleur de la peau du fruit avant la maturité, la forme du fruit, la position du fruit, le nombre de main, la taille du fruit, le nombre de doigts par main et les vestiges floraux à l'extrémité du fruit) ont été aussi importants dans la caractérisation de plantains en ce sens qu'ils ont permis de différencier un cultivar d'un autre au sein de principal groupe de type de régime, taille de pseudotronc ou l'orientation du régime. Ils ont été considérés comme descripteurs secondaires. Les descripteurs rares ont été utiles seulement pour différencier un cultivar de tous les autres au sein du sous-groupe. La conciliation entre l'ancienne collection de Yangambi et l'actuelle de l'UNIKIS a permit d'établir une liste de base de 119 cultivars de la RD Congo. Cette liste est considérée comme une guide pour tous les travaux ultérieurs de la taxonomie en RD Congo. De ces cultivars, 35 ont été retrouvés dans les deux collections, 61 ont été retrouvés seulement dans la collection de l'UNIKIS et 23 seulement dans la collection de Yangambi. Parmi ces cultivars manquant à l'UNIKIS, beaucoup ont été des nains/semi-nains intéressants. Ainsi, les régions où ils ont été collectés doivent être encore revisitées pour leur récollette et conservation dans le champ de collection. La connaissance de la synonymie d'une grande zone est d'une grande importance pour la détection de spécificité de la diversité de cette région. Les cultivars avec beaucoup de synonymes enregistrés peuvent par exemple être considérés comme les plus rependus et ainsi ayant une grande importance agronomique. C'est le cas de Libanga Likale, Litete, Libanga Lifombo et Ebge-O-Mabese I. D'autres cultivars sont confinés à une petite région avec une seule zone linguistique. Ainsi, ces cultivars peuvent avoir tout au plus un seul synonyme. C'est le cas de Mongo dans le district de Tanganyika. De plus, les noms utilisés par les agriculteurs en taxonomie de plantains se réfèrent généralement à un caractère particulier de cultivar. Cela peut être par exemple, la couleur de pseudotronc/doigt dans le cas de Litete ou Adili (vert sombre). Cette façon de procéder conduit souvent à des confusions entre cultivars ayant des caractères similaires. Ainsi, le nom Asau/Losau donné à Litete a été aussi utilisé pour Adili dans un même village Kumu. Des noms spécifiques comme Nganganga pour Libanga Liboelabokoi sont aussi utilisés dans la taxonomie de plantains. Les études sur la synonymie ont aussi permit de comprendre la diversité de plantains à travers les provinces de la RD Congo. Les provinces avec les plus de synonymes enregistrés comme la Province Orientale, l'Equateur et le Kindu peuvent être considérées comme les plus diversifiées en plantains. Par exemple, les cultivars Manimani (district de la Tshopo district), Mangweyangweya (district de Bas Uélé), Maboto (districts de Bas Uélé et Haut Uélé) et Masekpe (district de Bas Uélé) ont été enregistrés seulement en Province Orientale. La diversité de plantains en RD Congo est influencée par trois facteurs : la taille, le pourcentage de la couverture forestière et la composition ethnique de la province. La combinaison de données de la collection de Yangambi avec celle de l'UNIKIS offre une plateforme pour des réflexions sur la diversité de plantain à l'échelle panafricaine. Une connaissance de la diversité complète de plantains en Afrique pourrait être possible en conciliant les résultats de la caractérisation de tous les pays de l'Afrique Centrale et Occidentale. Pour le moment, la plupart de plantains en Afrique sont contenus dans 4 collections : CARBAP à Nyombe (Cameroun) et IITA à Ibadan (Nigeria) pour les cultivars de l'Afrique de l'Ouest; UNIKIS et UCG (tous deux en DR Congo) pour les cultivars de l'Afrique Centrale. Les collections de CARBAP, UNIKIS et IITA abritent les cultivars de basse altitude alors que la collection de l'UCG abrite les cultivars qui semblent adaptés à des hautes altitudes. Le défi est de pouvoir faire une comparaison exhaustive de tous ces cultivars. L'installation de toutes ces accessions dans une seule collection n'est pas faisable à cause de contraintes financières. Nous suggérons plutôt aux curateurs d'avoir de contacts continus et intensifs entre eux avec des visites et discussions régulières pour aboutir progressivement à un accord sur la synonymie et l'unicité des accessions.]

  • Keywords : PLANTAIN; TAXONOMY; CLASSIFICATION; COLLECTIONS; COLLECTING MISSION; DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO

  • Open access : No

  • Musalit document ID : IN140218


Generate Citation